13 Résistances “Pourquoi, ne pas se faire coacher ?”

13 Résistances “Pourquoi, ne pas se faire coacher ?”

les 13 résistances – Pourquoi vous ne ferez JAMAIS appel à un coach !

Depuis des années, je fais le même parcours pour allez au travail.

1ère possibilité : J’occupe un poste pour lequel j’ai postulé, j’étais très motivée et je l’ai exprimé, lors de mon entretien, comme c’est de coutume quand on cherche du travail. Ce poste est le meilleur.

Ce qui est rigolo, quand on décroche un emploi, c’est “l’euphorie” que cela peut entraîner parfois. On est content d’avoir un job, mais est-ce qu’au fond de nous, CE job nous correspond réellement ?

Qu’est-ce qui fait que je postule dans cette entreprise ? parce qu’elle a diffusé une annonce, un piston, une raison, en engagement, la notoriété de l’entreprise, etc.

Parce que durant des années je me suis formée pour être un bon élément, faire un métier qui rapporte, un métier pour lequel j’ai appris sa  technicité, son environnement. Sans savoir si j’aimerais faire ce métier humainement, la mentalité des personnes qui exercent ce métier.

Son environnement me convient-il ?

Est-ce que le comportement que j’adopte dans cet environnement me convient ?

2ème possibilité : Je me lance dans l’entrepreunariat, par choix, car cela fait des années que j’y pense, que je travaille mon projet, et c’est enfin le “bon moment pour moi”. Ou je viens d’être licencié, et c’est l’occasion pour moi de rebondir et de faire ce que j’ai envie depuis des années. Je profite de cette opportunité pour me libérer. JE ME LANCE !

Je suis stressé, c’est normal, je n’ai pas confiance, c’est normal, j’ai peur c’est normal.

Et il faut se préparer professionnellement, et surtout mentalement.

Qu’est-ce que je dirais à mes enfants, mes petits-enfant plus tard quand ils seront stressés, en manque de confiance en eux, qu’ils auront peur.

Vous leur direz, c’est normal, mais fais ce qui te motive, vie cette expérience. c’est un des secrets des gens heureux, l’ACTION.

Et maintenant si je me projette dans mon futur !

Je suis dans ma voiture dans les embouteillages, ou dans les transports en communs noyée dans le monde pour aller travailler.

Qu’est-ce que se passe dans ma tête, que je serai mieux ailleurs, mieux à faire ce qui me plait réellement depuis des années mais je n’ose pas me lancer.

Encore toute une semaine à aller travailler ou pas, passer du temps à faire ce qui ne m’enthousiasme pas, mais ce n’est pas grave, c’est bientôt le week-end, et j’aurai donc deux jours pour faire ce que j’aime vraiment Super !

Et je continu cette routine, jusqu’à attendre la retraite, pour enfin avoir le temps de pratiquer une discipline que j’aime depuis des années, apprendre un instrument de musique, passer du temps en famille, avoir davantage de temps pour construire ma vie, habiter dans une région de cœur, etc.

Oui mais pour profiter de tout ça, il faut que j’attende, la retraite !

Et bien il est possible de pratiquer et de faire ce que l’on aime bien avant la retraite, et donc en profiter plus longtemps.

Alors pourquoi ne pas le faire avant ?

Et bien parce que nous avons des résistances, des croyances limitantes, des peurs et nous nous empêchons nous-même, à la contribution à notre bien-être.

Je vais vous présenter les différentes sources de résistance au bien-être avant la retraite, si pour vous la retraite c’est du bien-être. Et les démonter point par point !

L’ARGENT !

Résistance 1 : la formation cela doit être gratuit !

Le coaching peut être englobé dans la formation, même s’il est plus dynamique et avec davantage de résultats individuels.

Pour la plupart des personnes, payer pour se former, ce n’est pas normal, on attend une aide, un remboursement de tel ou tel organisme. Mais ces formations ne sont pas toujours choisis, et ne correspondent pas précisément à vos attentes.

Se faire coacher impose de dépasser l’idée “ce n’est pas à moi de payer pour me former !” et d’être prêt à investir sur soi, pour soi.

Résistance 2 : le coaching, c’est cher

Pour ma part, je me suis fait coacher, à un moment de ma vie. Et j’ai investi sur moi, car je crois en moi.

Quel est le pourcentage que représente la dépense de coaching 5% de vos revenus, 15% ou 25%. Qu’est ce que représente ce pourcentage à des dépenses futiles.

C’est vrai, que c’est un coût, surtout quand on a besoin d’un argument simple pour cacher des points de blocage. Il est plus facile de dire “le coaching c’est cher !” plutôt que de s’avouer “je ne suis pas pressé de me remettre en question, je préfère rester à pleurnicher”. C’est plus facile de dire que ça va pas, mais en attendant vous faites le choix de perdre des heures de bien-être, des heures pour être heureux, des heures pour partager avec les personnes que vous aimez.

Se faire coacher impose de revoir ses priorités financières.

Résistance 3 : J’ignore comment mesurer la valeur de ce que le coach propose

C’est vrai que la prestation d’un coach est immatérielle et difficile d’en mesurer la valeur.

Exemple, prenons madame “Réalise son rêve”, qui travaille depuis des années, pour des clopinettes dans un métier qu’elle n’a pas choisi. Elle sait que ce n’est pas sa mission vie et veux devenir une personne heureuse, libre et veux exprimer ses compétences dans l’entrepreunariat. Mais elle ne sait pas comment prendre sa décision. Combien la prestation vaut-elle ? 100 euros ? 500 euros ? 1 000 euros ? 2 500 euros ? plus ? Combien seriez-vous prêt à investir dans une telle situation ?

Prenez conscience que si vous n’êtes pas prêt à investir 100 euros dans votre projet, c’est que finalement vous n’êtes pas si attaché à votre rêve que ça !

Il devient difficile de se mentir.

Se faire coacher impose parfois de jongler avec nos échelles de valeur.

LE RAPPORT A LA FORMATION !

Résistance 4 : Le coaching c’est une mode !

Oui pour certains c’est une mode, mais une mode qui donne de super résultats. C’est vrai que le mot coaching est utilisé à toutes les sauces. Il faut savoir faire le tri.

Et la mode, ce n’est pas si mauvais parfois, non ! car le plus grand nombre en découvre ses bienfaits.

La transition de personne à personne est le plus vieil outil pour progresser de l’humanité, et, même si le coaching est mis à toutes les sauces, cela ne doit pas me détourner de mes objectifs.

LE RÔLE DU COACH

Résistance 5 : Je n’arrive pas à situer le coach.

C’est une relation dont nous n’avons pas l’habitude en Europe. En Amérique du Nord, chaque personne à bien compris les avantages d’avoir un coach, à un moment de leur vie, pour les aider à lever un obstacle pour bien continuer leur chemin.

Il leur permet de régler une problématique plus vite que s’il devait le faire seul.

C’est une force de faire appel à un coach, car il nous oblige à mener des actions que nous avons décidé ensemble et bonne pour nous et notre bien-être.

exemple personnel : lorsque je travaillais encore comme salarié, je devais me préparer à un entretien pour négocier mon départ et je ne savait pas comment commencer pour avoir une réponse qui me convienne. Et bien j’ai fait appel à un coach et avec lui, j’ai pris conscience de mes capacités, de mes ressources et en 3 séances c’était bouclé. Et je me suis présenté à l’entretien en étant confiante et sereine. Et j’ai obtenu ce que je voulais.

Embaucher un coach demande de créer une “case mentale” pour lui.

Résistance 6 : Je ne veux pas me laisser entraîner dans une spirale infernale.

Effectivement quand on commence une séance de coaching et que le client ne sait pas trop où il veut aller, le coach élargie ses questions, pour bien comprendre les véritables intentions et besoins du client. Et cela engage le client sur 5 à 8 séances. Jamais plus de dix sur une période de 3 mois.

Cependant quand le client a une demande bien précise, comme un changement de comportement qui se répète et dont on veut se débarrasser mais que seul c’est difficile. Si le client joue réellement le jeu en 4 à 5 séances c’est bouclé.

Les séances de travaille sont chamboulantes pour le client et c’est normal, car le changement se fait intrinsèquement et donc après intégration, c’est un comportement que vous pourrez utiliser selon le résultat voulu.

Comment savoir que le coach est compétent, vous le sentirez intrinsèquement si vous avez envie de travailler avec lui. Surtout il faut lui dire si cela ne passe pas, il sera vous conseiller un confrère avec qui cela passe mieux.

Embaucher un coach demande un minimum de vérification.

Résistance 7 : J’ai peur de me faire juger.

Le coaching permet de faire ressortir des comportements qui vous adoptez qui peuvent être de la peur, de la protection, c’est normal.

Le coach vous permet de lever le voile avec des mots de la communication non violente et de vous dire ce que d’autres n’ose pas vous dire.

Exemple personnel : j’avais peur de parler de moi, pour moi c’était une faiblesse. j’en ai parlé avec mon coach et en fin de séance, je me suis sentie plus légère et plus sereine pour la suite de mes engagements. J’ai vraiment apprécier ma liberté de m’exprimer sans jugement. Ces séances m’ont permis d’avancer dans la vie avec davantage d’assurance.

Se faire coacher impose de mettre le doigt sur certains comportements nuisibles à l’atteinte de vos objectifs, mais pas de vous juger.

L’EFFICACITÉ DU PROCESSUS

Résistance 8 : Je pense être aussi efficace par moi-même.

C’est une option possible, cependant.

Le coach est comme un miroir, il voit tout. Tandis que quand on fait les choses seul, nous ne voyons pas certains détails important, notre cerveau fait une omission involontaire.

Un coache, c’est un contenu adapté, des techniques reconnues, des méthodes, mais c’est avant tout la motivation de poursuivre des efforts.

Quand vous devez rendre des comptes à autrui, vous avancez, car les actions vous les faites, vis-à-vis de vous-même, mais aussi vis-à-vis de votre coach.

Vous avez des tâches à accomplir celles que vous décidez, et que vous pensez réalisable. Et si ce n’est pas fait, votre coach vous demande “pourquoi ?”, et c’est l’occasion de lever des obstacles ensemble lors de la séance suivante.

et c’est comme cela que vous avancer plus vite avec votre coach que tout seul.

Se faire coacher impose d’avoir l’humilité de demander de l’aide.

Résistance 9 : Je n’ai pas d’éléments pour juger de la qualité de la prestation.

C’est un argument solide, c’est la raison pour laquelle avant de s’engager avec un coach, il y a toujours un entretien avec celui-ci d’une à deux heures, qui fera émerger en vous des débuts de résultat vous permettant de juger de la qualité de la prestation.

Cet entretien est sans engagement pour vous et souvent à un tarif abordable voir même gratuit.

Si j’ai peur de me lancer d’entrée de jeu dans un coaching, je peux débuter par l’achat d’un produit accessible, pour me faire une idée.

Résistance 10 : Je n’ai pas de garanties de résultats.

Mon point de vue : je pense que quelqu’un qui veut être certain de réussir avant même d’avoir commencé n’a pas le bon état d’esprit. Il s’empêche l’ouverture que lui apporte le coaching. D’autant plus quand cette personne laisse la responsabilité de son succès à quelqu’un d’autre, par le biais d’une garantie. Il faut être responsable de ses actes et de ses intentions.

Le coaching ça bouscule quand même, il faut être prêt à cette éventualité.

Ce n’est le coach seul qui influe sur le résultat, c’est le client lui-même et son implication dans sa démarche d’accompagnement.

Les garanties données par le coach sont-elles crédibles ?

Résistance 11 : Je n’ai pas le temps.

Je suis très prise (prix) dans mes activités, mon emploi du temps professionnel, ne me permet pas de me libérer pour un accompagnement coaching. Je n’ai pas le temps, mais en fait me suis-je réellement posée la question sur ce que dure réellement un coaching. Et si cela me permettais de gagner du temps !

Le temps un accompagnement coaching demande de revoir ses priorités.

L’ADÉQUATION AVEC MA PROBLÉMATIQUE

Résistance 12 : J’ai peur que le coach plaque sur moi des solutions toutes faites.

Chaque personne à son histoire, ses expériences, son environnement, ses comportements, ses capacités, ses valeurs, ses croyances acquises de part son éducation, son identité,  ce qui fait que nous sommes unique.

Et donc impossible de trouver une solution toute faite si le coach tient compte de tous ces paramètres.

L’objectif du coaching est de pérenniser dans le temps ce que le client veux, donc rien de tel que si cela vient réellement de lui, non !

Le coach va chercher dans les retranchement du client tout son potentiel, pour enfin vivre la vie désirée et non plus la subir.

Se faire coacher impose de bousculer l’image que l’on a de soi.

LES MODALITÉS PRATIQUES

 Résistance 13 : J’ai peur d’une démarche interminable.

La fonction de coach n’est pas réglementé.

Mes séances de coaching durent entre 1 heure et 1h30, car le temps de coaching est dense et ciblé. Et peut être éprouvant pour le client.

Certains se sentent vidé, d’autres léger, car les séances peuvent être le départ de bonne intentions d’actions.

Pour les particuliers des séances d’une heure espacée d’une semaine à quinze jours le temps de faire les actions dont le client s’est engagé.

En moyenne en 6 séances, l’objectif principal est atteint, cependant à la demande du client, certaines il demande des séances pour lever des blocages, pas toujours lié à l’objectif.

Le coaching pour certains client c’est l’occasion de faire un vrai “nettoyage” personnel.

Un coaching peu débloquer des situations en quelques heures.

Se faire coacher impose parfois de s’adapter à la façon de travailler du coach, c’est un premier travail d’adaptation !

Entre deux séance il est possible de contacter votre coach pour lever un obstacle, 5 mn parfois suffisent !

Voila, quelques résistances qui font que vous ne ferez jamais appel à un coach !

Sachez que l’action ne mène pas toujours où vous voulez allez, cependant sur les chemins de votre objectif, vous ferez de magnifiques rencontres, vous verrez les opportunités (transparentes auparavant).

J’espère vous avoir éclairé sur le coaching, et surtout la devise des bons coach “surtout de me croyez pas, expérimentez par vous même !” 

Je vous souhaite un bon coaching !

Si vous voulez me laisser un commentaire (Qu’est-ce que vous ressentez aujourd’hui du votre manière de vivre et les résultats que vous obtenez ?

Je vous remercie et vous félicite d’être arrivé à la fin de cet article particulièrement long.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les commentaires sont clos.

Recevez Gratuitement - 5 techniques infaillibles pour des relations réussies"